digital Management

5 façons de créer le changement malgré une culture hostile

2 novembre 2015

A son arrivée à la FCC, Commission Fédérale de Communication américaine, David Bray a dû faire face à son plus grand défi, celui de moderniser l’infrastructure d’une agence fédérale composée de 18 bureaux regroupant 207 systèmes IT différents (environ 1 système toutes les 9 personnes dont 40% des systèmes avait plus de 10 ans).

Bray a une vision unique pour un CIO lorsqu’il s’agit du changement: il est convaincu que cela concerne l’art de comprendre où vous pouvez apporter de la joie et du profit à l’organisation.

Voici ses recommandations pour les CIO qui sont confrontés à opérer un changement dans une culture résistante à cela.

5 façons de créer le changement dans un environnement culturel hostile

1- Misez d’abord sur la culture

Citant Peter Drucker, Bray mentionne, « Culture eats strategy for breakfast » Vous pouvez avoir la meilleure stratégie informatique du monde, mais si vous ne prenez pas en compte les différentes cultures de chaque unité organisationnelle, cela ne marchera pas. Bray précise que 80% de son attention se porte sur les gens et 20% sur la technologie. « Cela concerne quotidiennement les gens et la technologie doit rendre nos vies plus utiles, faciles et productives. »

En tant que CIO, le travail de Bray se porte sur la technologie et la collaboration, en encourageant les équipes à utiliser la technologie pour collaborer et atteindre les objectifs de l’organisation. « Tout CIO doit penser en terme de technologie, d’humain et de changement culturel .»

2-Créer une culture d’ « intrepreneurs »

Pour atteindre l’équilibre entre une approche décentralisée et une approche centralisée, Bray a placé ce qu’il appelle des « intrepreneurs » (des entrepreneurs en interne) dans chaque bureau. Habilités à résoudre les problèmes de modernisation de l’infrastructure, ces « intrepreneurs » seront cruciaux pour équilibrer le désir de changement avec le besoin de la cohérence.

3-« Bottoms up » pour responsabiliser les équipes

Bray estime que chaque décision ne doit pas forcément venir du CIO. En laissant les équipes créer des solutions, il cherche à les rendre autonomes. « Dans notre monde de changement si vous continuez à maintenir du top-down vous serez vite dépassé, et vous ne serez plus pertinent. En prenant une approche ascendante, le CIO prend le rôle d’un facilitateur et cultive son équipe. »

Bray conseille de ne pas se prendre trop au sérieux et admet ouvertement devant son équipe qu’il n’a pas toutes les réponses. Il compte ainsi sur toutes ses ressources pour lui faire remarquer ce qu’il a manqué, lui expliquer pourquoi et lui apporter des solutions.

4- Identifier ses partisans et ses détracteurs

Dans le secteur privé il y a ce que l’on appelle « les anticorps corporate », les forces de résistance qui apparaissent quand il y a un perturbateur innovant. Bray s’est inspiré d’Abraham Lincoln qui avait créé un cabinet composé de partisans et de détracteurs, afin de tirer des leçons de chaque point de vue. Bray affirme que si vous voulez vraiment créer le changement, vous devez comprendre le contexte dans lequel vous opérez et gérer la friction en identifiant qui sont vos avocats et vos résistances potentiels et trouver une façon de les rassembler.

5 – Opter pour l’adoption agile en plusieurs phases

Lorsqu’il s’agit de projets informatiques d’envergure, Bray est prudent quant au projet visant une période de résolution d’une année (voir plus long) car souvent la technologie change plus rapidement. Il recommande de déployer les projets en différentes phases courtes et modulables. Il souligne aussi le besoin pour les techniciens de ne pas être coupés des équipes business. Bray souligne l’importance de comprendre le contexte dans lequel vous opérez et avoir un plan qui peut être adaptable. « Les CIO doivent avoir une vision, mais être ouverts aux changements de direction en chemin. »

Le dernier conseil de Bray est de ne pas perdre de vue que c’est à partir du réseau humain que l’on peut créer le changement de culture.

 

Source: huffingtonpost

 

 

 

Venez découvrir

1 commentaire

  • Répondre SAMSON LAURENT 22 avril 2016 at 10 h 55 min

    Très bon article, 100 % d’accord ! Surtout sur les intrepreneurs et le bottom up. C’est ce que je vis actuellement dans une grande entreprise public qui a changé de statut et c’est ce que j’ai proposé au COMEX en tant que consultant externe.

  • Répondre à SAMSON LAURENT Annuler